Sylvie OMETZ 

© "Douce mélodie" (   55  cm X   90 cm)

Copyright  " L'hirondelle ne fait plus le printemps" 96 cm x 30 cm

Le vent a soufflé sur la maison, emportant tout, plus que de raison, balayant une  âme en peine.

Le ciel s’est empli d’une charge vaine.

Le facteur ne portera plus de bonne nouvelle.

Les volets resteront fermés et le silence se fera lourd comme un secret, faisant chavirer la structure.

Nous  n’attendrons  pas le retour des hirondelles, simples messagères du soleil qui ne peut plus briller.

Les livres s’entasseront à la poussière et les histoires, elles, vivront cachées entre les pages qui ne se tourneront plus.

Sans bruit, sans but, les pas d’une vie ancienne continueront à hanter les lieux.

Ainsi muselée par  la douleur  qui restera accrochée à quelques lambeaux d’un cœur qui s’est morcelé, le temps est passé sans que nous n’en ayons  pris conscience, jusqu’au jour où …

son parfum vanille s’est estompé ne laissant plus qu’une vague empreinte dans l’air..

La brosse qui s’emplissaient de ses cheveux bruns reste posée sur une étagère .

Le miroir ne saura plus lui dire comme elle était jolie.  Le tube de rouge, posé sur ses lèves encore si fines  est fermé.

La belle enfant ne dansera plus dans cette maison… Sylvie OMETZ

Copyright  "Pensées contemplatives    147 cm X 50 cm  

Entrer  dans le rêve, oublier le manque, laisser le doux son de harpe cheminer dans notre âme , nous transportant  loin des affres terrestres. Les yeux s’emplissent de larmes quand la mélodie pénètre nos pensées. Sylvie Ometz

Copyright     "Murmure d'un soir  118,5 cm X  72 cm


Tout doux, le vent murmure, le soir venu,

Le banc, seul témoin d’une émotion, restera vide.

Quelques mots presque indicibles s’envoleront bien haut sans être entendus.

Les feuilles du parc  accompagneront  l’instant imaginaire où cette marche de Magherini  fera  valser  les courants d’air. Sylvie OMETZ

© «  Note de blues »       50 cm X 120 cm

© "Harmonie"

46 cm X 90     cm

Copyright ©

"vision du temps qui passe" 167 cm X 76,5 cm 

"La joie, la naïveté sont les caractéristiques de l’enfant qui jette un regard sans intérêt sur un monde qui ne veut encore rien dire pour lui. Il ne remarque pas cette étrange physionomie cachée dans le jardin… 

Les bonbons pleuvent, les ballons flottent . Les plaisirs de jeux de cette fillette sont encore une préoccupation légitime."  Sylvie Ometz

 

Joy, naivety are the characteristics of the child that throws a irrelevant glance to a world that still does not mean anything to her. 

He does not notice this strange face hidden in the garden ... 

Candy rain, balloons float. The pleasures of playing of this girl are still a legitimate concern.

 

"Puis le temps est passé et la physionomie, qui se faisait discrète un temps, a trouvé une place prépondérante dans la scène. 

L’enfance n’est plus. 

Le temps a fait son office. 

Juste une larme se souviendra ! "  Sylvie Ometz

 

Then time has passed and the face, which was quiet for a time, found a prominent place in the scene. 

Childhood is over. 

Time has done its job. 

Just a tear will remember!

Copyright  ©

" Le poids de l'OR"   105 cm X 84 cm

"Ce jour de bonheur est faussé par un choix imposé. Le poids de l’or, le poids du chagrin. Impossible de fuir, la fille est à marier. Elle grandira, prisonnière de son état.

La bourse pleine, la famille partira en oubliant derrière elle cette âme d’enfant qui n’a pas eu le temps de sourire." Sylvie Ometz


This day of happiness is made foul by an imposed choice. The weight of gold, the burden of grief. No runaway, the girl is to be married. She will grow
up, captive of her condition. The family purse is now full, and leaves behind the heart of child of this daughter that did not have enough time to blossom.


Copyright  ©  " Tourne , tourne et en perdre la vie ! "

90 cm X 220 cm


Première ride, tu apparais, sur notre visage encore frais.

A peine remarquée, elle sera occultée.

Signe du temps , elle se creuse discrètement.

Mais très vite, la voilà en compagnie de quelques nouvelles amies.

Puis, arrive le jour, oh rage !

Impossible de cacher son âge….

 

Sylvie OMETZ 


Copyright  "Pensées contemplatives    147 cm X 50 cm  

Entrer  dans le rêve, oublier le manque, laisser le doux son de harpe cheminer dans notre âme , nous transportant  loin des affres terrestres. Les yeux s’emplissent de larmes quand la mélodie pénètre nos pensées. Sylvie Ometz

Copyright  "Pensées contemplatives    147 cm X 50 cm

Entrer  dans le rêve, oublier le manque, laisser le doux son de harpe cheminer dans notre âme , nous transportant  loin des affres terrestres. Les yeux s’emplissent de larmes quand la mélodie pénètre nos pensées. Sylvie Ometz

Copyright  "Pensées contemplatives    147 cm 50 cm

Entrer  dans le rêve, oublier le manque, laisser le doux son de harpe cheminer dans notre âme , nous transportant  loin des affres terrestres. Les yeux s’emplissent de larmes quand la mélodie pénètre nos pensées. Sylvie Ometz

Copyright     "Murmure d'un soir  118,5 cm X  72 cm

Tout doux, le vent murmure, le soir venu,

Le banc, seul témoin d’une émotion, restera vide.

Quelques mots presque indicibles s’envoleront bien haut sans être entendus.

Les feuilles du parc  accompagneront  l’instant imaginaire où cette marche de Magherini  fera  valser  les courants d’air. Sylvie OMETZ

© «  Note de blues » 50 cm X 120 cm

© «  Note de blues » 50 cm X 120 cm

© «  Note de blues » 50 cm X 120 cm

Copyright : Au clair de luth 49 cm X 98 cm

Copyright: Embrasement  66 cm X 51 cm

Le vent transporte les mirages qui ne se reconnaissent plus.

Les pas, piétinent les feuilles asséchées, et  craquent comme pour tirer l’alarme.

Les corps se liquéfient cherchant vain rafraîchissement.

Les paroles se font rares. Les esprits somnolent. 

Puis l’embrasement surgit… violent, intense, désespérant. S. Ometz

Copyright  " L'hirondelle ne fait plus le printemps"

96 cm x 30 cm

Le vent a soufflé sur la maison, emportant tout, plus que de raison, balayant une  âme en peine.

Le ciel s’est empli d’une charge vaine.

Le facteur ne portera plus de bonne nouvelle.

Les volets resteront fermés et le silence se fera lourd comme un secret, faisant chavirer la structure.

Nous  n’attendrons  pas le retour des hirondelles, simples messagères du soleil qui ne peut plus briller.

Les livres s’entasseront à la poussière et les histoires, elles, vivront cachées entre les pages qui ne se tourneront plus.

Sans bruit, sans but, les pas d’une vie ancienne continueront à hanter les lieux.

Ainsi muselée par  la douleur  qui restera accrochée à quelques lambeaux d’un cœur qui s’est morcelé, le temps est passé sans que nous n’en ayons  pris conscience, jusqu’au jour où …

son parfum vanille s’est estompé ne laissant plus qu’une vague empreinte dans l’air..

La brosse qui s’emplissaient de ses cheveux bruns reste posée sur une étagère .

Le miroir ne saura plus lui dire comme elle était jolie.  Le tube de rouge, posé sur ses lèves encore si fines  est fermé.

La belle enfant ne dansera plus dans cette maison… Sylvie OMETZ

©  " Douce mélodie"  55 cm x 90 cm

© "Douce mélodie" (   55  cm   90 cm)

Copyright  " L'hirondelle ne fait plus le printemps" 96 cm x 30 cm

Le vent a soufflé sur la maison, emportant tout, plus que de raison, balayant une  âme en peine.

Le ciel s’est empli d’une charge vaine.

Le facteur ne portera plus de bonne nouvelle.

Les volets resteront fermés et le silence se fera lourd comme un secret, faisant chavirer la structure.

Nous  n’attendrons  pas le retour des hirondelles, simples messagères du soleil qui ne peut plus briller.

Les livres s’entasseront à la poussière et les histoires, elles, vivront cachées entre les pages qui ne se tourneront plus.

Sans bruit, sans but, les pas d’une vie ancienne continueront à hanter les lieux.

Ainsi muselée par  la douleur  qui restera accrochée à quelques lambeaux d’un cœur qui s’est morcelé, le temps est passé sans que nous n’en ayons  pris conscience, jusqu’au jour où …

son parfum vanille s’est estompé ne laissant plus qu’une vague empreinte dans l’air..

La brosse qui s’emplissaient de ses cheveux bruns reste posée sur une étagère .

Le miroir ne saura plus lui dire comme elle était jolie.  Le tube de rouge, posé sur ses lèves encore si fines  est fermé.

La belle enfant ne dansera plus dans cette maison… Sylvie OMETZ

© "Douce mélodie" (   55  cm   90 cm)

Copyright  " L'hirondelle ne fait plus le printemps" 96 cm x 30 cm

Le vent a soufflé sur la maison, emportant tout, plus que de raison, balayant une  âme en peine.

Le ciel s’est empli d’une charge vaine.

Le facteur ne portera plus de bonne nouvelle.

Les volets resteront fermés et le silence se fera lourd comme un secret, faisant chavirer la structure.

Nous  n’attendrons  pas le retour des hirondelles, simples messagères du soleil qui ne peut plus briller.

Les livres s’entasseront à la poussière et les histoires, elles, vivront cachées entre les pages qui ne se tourneront plus.

Sans bruit, sans but, les pas d’une vie ancienne continueront à hanter les lieux.

Ainsi muselée par  la douleur  qui restera accrochée à quelques lambeaux d’un cœur qui s’est morcelé, le temps est passé sans que nous n’en ayons  pris conscience, jusqu’au jour où …

son parfum vanille s’est estompé ne laissant plus qu’une vague empreinte dans l’air..

La brosse qui s’emplissaient de ses cheveux bruns reste posée sur une étagère .

Le miroir ne saura plus lui dire comme elle était jolie.  Le tube de rouge, posé sur ses lèves encore si fines  est fermé.

La belle enfant ne dansera plus dans cette maison… Sylvie OMETZ

Copyright     "Murmure d'un soir"  118,5 cm X  72 cm

 

Tout doux, le vent murmure, le soir venu,

Le banc, seul témoin d’une émotion, restera vide.

Quelques mots presque indicibles s’envoleront bien haut sans être entendus.

Les feuilles du parc  accompagneront  l’instant imaginaire où cette marche de Magherini  fera  valser  les courants d’air.  Sylvie Ometz

© "Harmonie" 46 cm X 90 cm 

© "Harmonie" 46 cm X 90 cm 

© "Harmonie" 46 cm X 90 cm 

©« Tourne , tourne et en perdre vie …! » 

90 cm x 220 cm 

Première ride, tu apparais, sur notre visage encore frais.

A peine remarquée, elle sera occultée.

Signe du temps , elle se creuse discrètement.

Mais très vite, la voilà en compagnie de quelques nouvelles amies.


Puis, arrive le jour, oh rage !

Où impossible de cacher son âge…. (extrait) Sylvie OMETZ 

Copyright     "Murmure d'un soir

118,5 cm X  72 cm

 

Tout doux, le vent murmure, le soir venu,

Le banc, seul témoin d’une émotion, restera vide.

Quelques mots presque indicibles s’envoleront bien haut sans être entendus.

Les feuilles du parc  accompagneront  l’instant imaginaire où cette marche de Magherini

fera  valser  les courants d’air.  Sylvie Ometz